La graphothérapie Beaune

Causes | Diagnostique | Réeducation

Préambule sur la lecture et l’écriture

Le media informatique a envahi notre mode de communication, et bien qu’il soit un outil majeur (quels que soient les avantages de ce moyen) de communication, il est essentiel que les enfants apprennent à écrire.

L' écriture est un mouvement particulier, qui crée une mémoire motrice. Cette mémoire est réutilisée par le cerveau à chaque fois que nous devons identifier visuellement les lettres. Cela a un impact sur la reconnaissance des lettres, l’orthographe des mots, et la fluidité de la lecture.
La lecture a un intérêt particulier pour bien écrire. Quand un enfant lit une histoire, il développe son imagination, apprend les lettres et l’orthographe.
Quand un enfant ne lit pas ou peu, il ne connait pas l’orthographe, il hésite en écrivant, revient en arrière, retouche les lettres, hache ses mots. Son écriture est donc stoppée pour permettre la réflexion, sans rythme et saccadée.
La mémoire visuelle se développe par la lecture. Les mots sont gardés en mémoire, et seront restitués lors de l’écrit. Le tracé des lettres favorise la représentation de la lettre, la symbolisation.

Graphothérapie et dysgraphie

La graphothérapie rééduque l’écriture qui pose problème. On parle de Dysgraphie, quand l’écriture est illisible, ralentie, non harmonieuse et quand le geste entraine une souffrance.
La graphothérapie est à la dysgraphie, ce que l’orthophonie est à la dyslexie.

Selon Ajuriaguerra neuropsychiatre, psychanalyste, « est dysgraphique tout enfant chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors qu’aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience ».

3 enfants sur 4 sont des garçons.
Les enfants qui présentent un trouble de l’écriture sont souvent des enfants très intelligents donc matures intellectuellement, mais où apparait un décalage avec le développement psycho-affectif et le développement psychomoteur.

Cela peut être associé à :
  • Une mauvaise tenue du stylo
  • Un problème de latéralité
  • Une position inadéquate
  • Une mauvaise perception du schéma corporel
  • Des difficultés scolaires ou autres.

L’écriture ne correspond pas ou plus au modèle enseigné (calligraphique).
Le trait peut être sale, tremblotant, l’appui inégal, le mouvement haché, des lettres mal formées et mal liées.
Finalement l’écriture devient fatigante, illisible, ralentie. Les documents sont sales, paraissent mal tenus, et les notes à l’école s’en ressentent.

C’est à ce moment que la rééducation peut intervenir et soulager l’enfant.
Car un enfant dysgraphique ne se sent pas à l’aise, se sent jugé à travers son écriture, est complexé et démotivé.

Lire l'article de L'Echo des Communes

La graphothérapie rééduque l’écriture

A visionner

La graphothérapie expliquée : Carnet de santé / France 2

1ère étape : le bilan

Un bilan permet de déterminer la durée et le type de la rééducation.
Des tests d’écriture, de rapidité, de latéralité, de pression, d’orientation spatio-temporelle, de lecture sont effectués sur la base de différents outils:

  • Echelle F qui concerne la forme et l’agencement
  • Echelle M, qui traite des problèmes liés à la motricité
  • Calcul de l’âge graphomoteur
  • Echelle D de dysgraphie qui traite de la maladresse, l’ordonnancement...
  • Test de vitesse
  • Dessin du bonhomme
  • La lecture
  • La latéralisation

Un rapport complet est remis lors d’un entretien avec les parents afin de les accompagner dans leur décision.

Graphotherapie bilan écriture Exemple d’écriture d'un enfant de 11 ans, lors de son bilan

Contactez-moi pour un premier rendez-vous.

Me contacter

2ème étape : la rééducation

Le principe fondateur de la rééducation de l’écriture est la motivation de l’enfant et la régularité des séances. C’est un gage de réussite !

L’objectif du rééducateur est de donner envie à l’enfant d’améliorer son écriture. La rééducation commencera par les activités qui l’intéressent et des choses qu’il sait faire.
L’enfant doit de sentir concerné et comprendre l’intérêt de la rééducation.

Différents exercices chez les enfants :

  • Renforcer les prérequis non assimilés : courbe, droite…grâce à une multitude d’exercice, l’enfant va apprivoiser la forme, l ’écriture viendra par la suite
  • Revoir la position générale du corps jusqu’au doigt
  • Activité de perception sensitive
  • Exercice de gestion de l’espace, de l’énergie, de la pression
  • Lecture…

La 2ème séance a lieu 7 à 10 jours plus tard après l’analyse et la rédaction du bilan.

10 à 15 séances sont nécessaires, à raison d’une séance par semaine, mais la rééducation est très personnelle.
La régularité des séances, et l’investissement de l’enfant sont importants pour acquérir un geste graphique efficace et pour reprendre du plaisir à écrire.

Remboursement : rééducation en Graphothérapie non prise en charge par la sécurité sociale mais partiellement ou totalement par certaines mutuelles qui acceptent d'en étudier la prise en charge forfaitaire. Ainsi, n'hésitez pas à contacter directement votre mutuelle.

Rééducation de l’écriture par un graphothérapeute Exemple d’écriture du même enfant de 11 ans, après sa rééducation

Les objectifs et les résultats

Acquérir une écriture efficace, c’est-à-dire lisible, rapide, tout en prenant du plaisir.
A partir du moment où l’écriture s’améliore le comportement change. L’enfant a de nouveau, confiance en lui, par un processus logique :

  • Son écriture évolue et s’accélère
  • Il perd moins de temps à copier
  • Son attention est disponible pour écouter le cours
  • Il peut se relire
  • Ses progrès sont remarqués

La rééducation prévient de l’échec scolaire.

  • Petit à petit l’enfant se détache de la lettre pour laisser place aux idées, aux concepts.
  • Il peut écouter et comprendre.
  • La confiance et l’image de soi sont rétablies
  • L’enfant va prendre du plaisir à écrire.